Une séance d’information d’Israel Bonds avec David Rosenberg attire plus de 300 invités de tout le pays

« J’achèterais aussi des obligations d’État à long terme – je pense que les Israel Bonds en font partie. »

Le lundi 27 avril, David Rosenberg, « l’économiste le plus renommé au Canada* » a animé une séance d’information opportune, à laquelle ont assisté plus de 300 invités de partout au pays – un signe révélateur du vif intérêt des Canadiens pour une analyse économique éclairée, à un moment où les provinces annoncent des plans de réouverture progressive de leurs économies.

Après avoir été présenté par Barry Zagdanski, membre du conseil d’administration international d’Israel Bonds, David Rosenberg a donné son point de vue sur une série d’enjeux et de scénarios économiques pour les semaines et mois à venir.

« En fait, la crise sanitaire s’est transformée en crise financière parce que nous n’étions pas du tout préparés pour un événement touchant la santé, et aussi parce que nous étions déjà enlisés dans la dette dans tous les secteurs de la société. Les bilans n’étaient tout simplement pas conçus pour gérer une récession de quelque nature que ce soit, et c’est l’endettement excessif qui a produit autant d’effets pervers dans les marchés. Je ne cesse de le rappeler depuis des années : les bulles ne créent pas la récession, mais la récession les révèle. Nous ne tarderons pas à le constater dans le marché de l’immobilier résidentiel. »

« Cette fois, la coupable – et j’en parle depuis quelque temps dans mes publications et entrevues – était la bulle de l’endettement des sociétés, qui éclate aujourd’hui. Au Canada, ce n’est pas seulement l’endettement des sociétés, mais aussi celui des ménages », a précisé David Rosenberg.

« Il est difficile de prédire à quoi le monde ressemblera après la fin de cette crise. Je dirais avec 100 % de lucidité qu’il sera très différent de ce qu’il était avant. Je pense que la crainte persistante d’un retour de la pandémie modifiera radicalement les modes de vie et influera profondément non seulement sur notre façon de vivre, mais aussi sur nos comportements dans les sphères de l’entreprise, de l’emploi et du commerce. Le télétravail est certainement appelé à devenir une tendance plus dominante. »

« J’ai été frappé par le récent sondage de l’institut PEW, selon lequel la moitié des gens qui travaillaient dans des bureaux n’ont pas l’intention d’y retourner. Si on se fie à ce sondage pour émettre des prévisions, les conséquences sont évidemment négatives pour l’immobilier de bureau, et probablement aussi pour le secteur automobile. En revanche, la tendance est positive pour toutes les choses que nous utilisons en ce moment pour travailler à domicile : l’infrastructure internet, le matériel informatique, la vidéoconférence… Je pense donc qu’à l’avenir, on peut prévoir une forte baisse des déplacements vers les lieux de travail, et des déplacements en général. Les services de livraison sont désormais devenus essentiels, et on voit émerger dans ce secteur un marché haussier, dont les effets se répercutent dans les marchés boursiers. »

« L’actif qu’il faut absolument avoir dans ses comptes personnels, c’est l’or. J’achète aussi volontiers des actifs dont le délai de rendement est raisonnable. Dans un environnement inflationniste, je veux détenir des investissements qui produisent un flux de trésorerie fiable et récurrent. »

« C’est pourquoi, j’ajouterais à mon portefeuille d’investissements dans l’or une obligation de société à court terme de haute qualité et de catégorie investissement. J’achèterais aussi des obligations d’État à long terme – je pense que les Israel Bonds en font partie. »

Raquel  Benzacar Savatti, PDG de Canada-Israël Valeurs Mobilières Limitée/Israel Bonds, a souligné ainsi l’importance d’entretenir un lien avec Israël grâce à des investissements en Israel Bonds :

« Les Israel Bonds sont reconnus comme un placement solide, compatible avec les stratégies d’investissement d’un grand nombre de nos clients. Aujourd’hui, plus de 25 % de nos ventes proviennent de conseillers financiers qui font régulièrement des investissements en Israel Bonds pour les comptes REER et CELI de leurs clients. Nos taux sont concurrentiels et on peut désormais acheter des Israel Bonds en ligne. »

« Nous vivons une période sans précédent et Israël se distingue par son programme d’obligations. Aujourd’hui, plus que jamais, l’État d’Israël a besoin de savoir que nous, dans la diaspora, demeurons engagés à le soutenir. Chaque investissement en Israel Bonds envoie ce message à Israël. »

Dans son mot de conclusion, Barry Zagdanski a affirmé : « L’État et la population d’Israël sont très résilients, comme la plupart d’entre vous le savez et avez pu le constater ces dernières décennies … Ajoutez à cela un parfait historique de remboursement des Israel Bonds depuis leur création il y a 70 ans. Les Israel Bonds font partie de mon portefeuille. Ces titres ont toujours été très fiables et rentables. »

*The Globe and Mail, 10 janvier 2019

David Rosenberg
David Rosenberg

Rosenberg_Research_logo

David Rosenberg est l’économiste en chef et le stratège de Rosenberg Research and Associates, un cabinet de conseil économique qu’il a fondé en janvier 2020. Son équipe et lui-même ont pour priorité de fournir aux investisseurs des analyses et des points de vue pertinents, afin de les aider à faire des choix éclairés. David Rosenberg est titulaire d’un baccalauréat en arts et d’une maîtrise en économie de l’Université de Toronto. Avant de créer Rosenberg Research, il a été économiste en chef et stratège auprès de Gluskin Sheff, de 2009 à 2019.

De 2002 à 2009, il a été économiste en chef pour l’Amérique du Nord chez Merrill Lynch à New York. Au cours de ce mandat, il a figuré chaque année au palmarès des meilleurs analystes auprès d’investisseurs institutionnels. Auparavant, il a été économiste en chef et stratège de Merrill Lynch Canada, et a exercé ses fonctions au siège social de Toronto. Son équipe s’est classée pendant dix années de suite en tête des économistes canadiens au classement de l’enquête Brendan Wood.

 

 

Photo gracieusement fournie par le conférencier et publiée avec son autorisation..

Canada-Israël Valeurs Mobilières Ltée. a invité ce conférencier à présenter une communication à l’occasion de cet événement, mais n’a mené aucune analyse ni enquête sur les conditions financières, les perspectives d’affaires, la technologie ou toute autre question liée aux opportunités d’investissement dont le conférencier a parlé. De plus, Canada-Israël Valeurs Mobilières Ltée. ne fait aucune déclaration et n’offre aucune garantie ou assurance en ce qui a trait à ces opportunités. Nous vous recommandons fortement de consulter votre conseiller juridique, votre comptable ou votre conseiller en affaires avant d’effectuer tout investissement. Canada-Israël Valeurs Mobilières Ltée. n’a pas agi, et n’entend pas agir, à titre de preneur ferme ou de conseiller auprès d’aucune des entreprises d’investissement mentionnées au cours de la présentation, et ne reçoit aucun paiement de ces entreprises relativement à cet événement. 2020 E/OE